Intelligence artificielle – tendance, espoir et peur

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Une révolution technologique est en cours qui va bientôt transformer toute notre vie et c’est ce qu’on appelle l’intelligence artificielle. D’ailleurs cet article rédigé initialement par est une traduction réalisée grâce à l’IA de l’outil deepL.

Une société galloise utilise l’IA pour détecter des armes biologiques nord-coréennes.
Je pourrais passer en Californie pour entendre parler de « solutions d’IA portatives pour la population vieillissante ».
Et Lloyd’s of London a dévoilé un partenariat d’intelligence artificielle avec une firme qui promet que « dans dix ans, une partie importante du secteur de l’assurance sera propulsée par AI ».
Ces derniers ne représentent que trois des innombrables communiqués de presse d’Amnesty International qui m’ont été adressés, à moi et à d’autres journalistes technologiques ces derniers jours.
La semaine dernière a également vu la première londonienne d’AlphaGo, un excellent et étonnamment émouvant documentaire sur l’un des grands triomphes récents de l’intelligence artificielle, la victoire de Google DeepMind sur le champion Go joueur Lee Sedol.

AlphaGo movie

Et puis, au cours du week-end, comme pour confirmer qu’il s’agit d’un sujet qui devrait occuper les politiciens et les décideurs politiques ainsi que les journalistes, un important rapport sur ce que le Royaume-Uni devrait faire pour nourrir l’IA a été publié.
Il a été commandé par le gouvernement et rédigé par deux éminents informaticiens, le professeur Dame Wendy Hall et le Dr Jerome Pesenti.
Ils disent que le Royaume-Uni est déjà bien placé comme centre d’intelligence artificielle et que le gouvernement devrait agir pour consolider sa position.
Leurs recommandations sont notamment les suivantes :

  • Investir davantage dans la recherche universitaire
  • Développer davantage de compétences dans l’industrie et le secteur de l’éducation
  • Ouvrir davantage d’ensembles de données pour que les scientifiques de l’IA puissent travailler avec
  • Encourager l’adoption des techniques d’IA par toutes sortes d’entreprises

Toutes ces idées semblent éminemment sensées et non controversées. Mais ils reposent aussi sur la conviction qu’il s’agit d’une question urgente – que nous progressons très rapidement, non seulement dans le développement de l’intelligence artificielle, mais aussi dans son application dans des domaines qui transformeront l’économie.
Il semble que les progrès rapides de la puissance de traitement, conjugués à l’accès à de vastes quantités de données et à de nouveaux algorithmes intelligents, aident les ordinateurs à exécuter toutes sortes de tâches autrefois réservées aux humains. Mais jusqu’ à présent, l’impact sur tout ce qui concerne les emplois et la manière dont des industries telles que les soins de santé et le transport sont utilisés semble minime.

Alors, y a-t-il un risque que l’IA soit surchargée?
Discutons un peu des déclarations audacieuses contenues dans ce rapport d’IA du gouvernement:

« Nous sommes à l’aube d’une ère où une grande partie de notre productivité et de notre prospérité proviendra des systèmes et des machines que nous créons. »

Eh bien, il a toujours été le cas que les machines que nous créons – de la roue, à la machine à filer, au lave-vaisselle – entraînent une augmentation de la productivité et de la prospérité.
Sommes-nous certains que la révolution de l’IA va donner le coup d’accélérateur au niveau de vie que nous avons vu dans les années 1950 et 1960, lorsque la production de masse et l’utilisation des biens de consommation ont pris leur envol ?

« Nous sommes habitués à une technologie qui évolue rapidement, mais ce rythme va augmenter et l’intelligence artificielle va accélérer. »

Tout d’abord, on peut se demander à quel point la technologie s’est développée rapidement ces dernières années. Oui, nous avons des ordinateurs qui peuvent faire la différence entre un chat et un chien et comprendre n’importe quel langage, mais notre infrastructure physique ne se transforme pas rapidement.
En effet, en ce qui concerne le transport aérien ou la construction de nouveaux chemins de fer, on pourrait dire que nous reculons. Le logiciel est en avance sur la concurrence, le matériel n’est pas tellement – il suffit de regarder les robots essayer de jouer au football si vous êtes inquiet pour eux menacer de nous remplacer.
Dire que le rythme du changement augmentera, sous l’impulsion de l’IA, n’est peut-être qu’un acte de foi.

« [Accenture] a estimé que l’IA pourrait ajouter 814 milliards de dollars supplémentaires (630 milliards de livres sterling) à l’économie britannique d’ici 2035, ce qui ferait passer le taux de croissance annuel de la valeur ajoutée brute de 2,5 à 3,9 %. »

La valeur ajoutée brute – valeur ajoutée brute – est proche du produit intérieur brut (PIB), la mesure globale de l’activité économique d’un pays, y compris tous les services et biens produits au cours d’une année.
Suggérer que son taux de croissance tendanciel pourrait atteindre 3,9 % – plus que pendant les décennies d’expansion économique des années 1950 et 1960 – est, selon les termes d’un économiste de ma connaissance, »stupéfiant ». D’autant plus que le Royaume-Uni a enregistré récemment une croissance de la productivité à plat.
Aujourd’hui, les grands progrès technologiques peuvent prendre du temps à se manifester dans la croissance de la productivité – il a fallu des décennies aux propriétaires d’usines pour réorganiser la production autour de l’électricité plutôt que de la vapeur.
Ainsi, nous verrons peut-être les cabinets d’avocats devenir plus efficaces à mesure que les avocats d’IA évaluent les contrats en fonction des risques, que les hôpitaux réduisent les listes d’attente à mesure que les robots médecins examinent les scanners et que les villes réduisent la congestion alors que les voitures et les autobus autonomes nous transportent de la maison au travail.

Self-drive car

Toutes ces avancées sont déjà techniquement possibles, mais il faut être optimiste pour croire que les changements de notre infrastructure, de notre réglementation et de nos attitudes sociales nécessaires pour les concrétiser se produiront rapidement.
La semaine dernière, un comité spécial de la Chambre des Lords sur l’intelligence artificielle a entendu les témoignages de trois éminents scientifiques, dont le professeur Hall.
Ils ont évoqué le potentiel du Royaume-Uni en tant que centre d’excellence de l’IA et la nécessité urgente pour le gouvernement de commencer à réfléchir aux avantages et aux risques de la technologie.
Ensuite, le comité a entendu trois journalistes, dont moi. Et leurs seigneurs semblaient plutôt surpris de constater que, contrairement aux scientifiques, nous étions plutôt sceptiques quant à la vitesse de cette révolution.
Nous n’étions pas convaincus que les voitures sans conducteur seraient bientôt sur nos routes, mais cela signifiait que nous étions également plus optimistes quant à l’exagération de la menace que les robots faisaient peser sur les emplois.
L’un des pairs a mentionné cette citation au sujet de la prospective – que nous avons tendance à surestimer l’effet d’une technologie à court terme et à la sous-estimer à long terme.
Un jour, les scientifiques auront sans doute raison à propos de l’IA, mais le vieux journaliste cynique qui est en moi pense que nous pouvons nous permettre de nous détendre encore un moment.

source de l’article

Et vous qu’en pensez-vous ?

Ps : Il y a aussi un groupe dédié aux Digitals Nomads Francophones

Reçois chaque semaine des astuces & méthodes pour gagner ta vie sur internet 👇

Ces emails sont 100% gratuits.
Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.
Cliquez ici pour voir notre politique de confidentialité